The association

The company Farafina

"L’appel mélancolique de la flûte se mêle aux voix du vent dans les roseaux. Un jeune berger rêve de son lointain Sahel au sol craquelé de sécheresse. Là-bas, au Nord, il a laissé la belle de son cœur. Et il chemine vers l’Ouest par la savane. Il va rejoindre la ville royale des Dioulas, Bobo-Dioulasso.

On lui dit qu’il trouverait au quartier de Bolomakoté un éminent maître du balafon, chef d’un fabuleux orchestre connu jusqu’au pays des neiges…"

Ainsi pourrait commencer le film retraçant l’histoire de FARAFINA. Des personnages simples et sincères, des décors dépouillés, une violente passion commune mêlant musique et danse entraîneraient la troupe, à travers un tourbillon irrésistible de transe joyeuse et communicative, à la rencontre des peuples de la Terre.
Farafina c’est d’abord un esprit. C’est l’art des griots qui se perpétue depuis les temps reculés de l’Empire mandingue.
Farafina, c’est une école, un lieu de transmission entre musiciens d’expérience. Entre « anciens » et jeunes passionnés. Les petits commencent à porter les instruments de fortune et s’ils paraissent doués, on leur donne un bara ou un djembé pour s’exercer. Pas moins de trois troupes sont issues de cette « école Farafina »  qui représente plus de 25 personnes. Celle des petits et des jeunes animent les mariages et les baptêmes. Quant à la troupe internationale, constituée des meilleurs, elle dispense son art outre frontières.
Farafina c’est une architecture polyrythmique à la fois complexe et limpide, leur musique étant avant tout un moteur de danse. La charpente rythmique se structure autour du tama (petit tambour d’aisselle), de deux balafons (xylophones en bois dont le son des lames est amplifié par des calebasses), du bara (calebasse venture tendue de peau de chèvre) et du doumdou’ba (tambour au long fût). Sur cette fondation le djembé (tambour soliste au calice de bois tendu de peau de chèvre) s’envole tandis que la flûte et la kora (harpe-luth de 21 cordes) apportent la dimension harmonique, un appel d’air pour les voix.
C’est cet appel à la poésie et aux valeurs transmises par ce groupe vingtenaire partageant ses racines ancestrales que nous avons créé une nouvelle association Farafina en 2010, dans le but de redonner un souffle nouveau à leur ensemble et leur permettre de rejouer à nouveau de leurs mélodies envoûtantes.
Mais l’approche artistique de FARAFINA ne se consacre pas seulement à la musique. Elle ouvre une vision globale à diverses activités culturelles et a choisi d’axer ses projets autour de quatre domaines précis :
•    La musique (concerts et tournées)
•    Les créations artistiques en collaboration avec d’autres artistes (Musique et Théâtre)
•    Les Workshops / Ateliers et Cours réguliers (de musique et de danse en Suisse et au Burkina)
•    Le Rapprochement Nord-Sud (échanges culturels avec le Burkina)

« Que tu sois blanc, rouge ou noir, c’est e sang rouge qui coule dans tes veines »